Madame la Présidente, Monsieur le Commissaire,

La bactérie Xylella fastidiosa, qui est en train d’anéantir l’olivier dans le Sud de l’Italie, peut affecter – et cela a été dit – plus de 300 espèces végétales, en particulier la vigne, comme en Californie dans les années 1990. Vous le savez. Les conséquences de cet épisode sanitaire peuvent être catastrophiques. Or, depuis octobre 2013, où cette bactérie a été découverte dans la région des Pouilles, les quelques mesures prisent par l’Union se sont avérées insuffisantes.

Il y a un an, dans ce Parlement, au moment du débat sur la révision de la réglementation sur la protection des végétaux j’avais dénoncé les défaillances des contrôles et j’avais proposé d’apporter des modifications à cette stratégie des contrôles. Je déplore aujourd’hui que la Commission ne m’ait ni entendu ni écouté et qu’elle n’ait jamais daigné modifier l’actuel régime des contrôles, qui s’avère inefficace.

Il est urgent d’agir, à court terme d’abord, en dédommageant les agriculteurs des Pouilles et en adoptant des mesures nécessaires, comme l’a proposé le comité permanent le 28 avril, mais également à long terme, en révisant la stratégie des contrôles et en mettant en œuvre un programme de recherche concerté à l’échelle de l’Union.

 Pour lire le communiqué de la DSF sur le sujet, cliquez ici